Pourquoi le parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale vaut vraiment le détour

Rédigé le 27/07/2020
Source: Ouest France
0 commentaire(s)

Né en mars 2000 de la fusion des Parcs du Boulonnais et de l’Audomarois, le parc naturel des Caps et Marais d’Opale allie une impressionnante façade maritime et des bocages jalonnés de calcaire. Découvrez cet écrin bleu, vert et gris s’étendant sur 132 500 hectares dans le nord de la France.

Situé dans le nord-ouest de la région Hauts-de-France, le parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale relie Calais, Saint-Omer et Boulogne-sur-Mer. La façade maritime longue d’environ 40 kilomètres offre des promenades sans fin et des paysages reposants. Les terres, riches en cultures, raviront vos yeux et vos papilles.

Le long du littoral français

Le parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale présente l’avantage non négligeable de comporter une longue façade littorale longue de 40 kilomètre,s composée de falaises au nord et d’un cordon dunaire au sud.

Entre Cap Blanc-Nez et Cap Gris-Nez, difficile de choisir. Ces deux lieux d’exception offrent des randonnées bucoliques pour les sportifs de tous niveaux ; la beauté des paysages sera toujours au rendez-vous.

Si ces sites vous semblent trop touristiques, vous n’avez que l’embarras du choix dans le parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale. Le Fort Mahon, cerné par la mer à marée haute, est particulièrement recommandé par temps de tempête pour le somptueux spectacle de la mer qui se déchaîne sur la façade.



Du terroir à la mer

La diversité du parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale s’exprime également dans l’assiette. Outre le classique moules-frites, la région possède de nombreuses spécialités culinaires composées de produits du terroir. La plus copieuse d’entre elles est certainement la tarte au maroilles accompagnée de sa salade d’endives.



Avec un littoral riche, les spécialités de la mer sont nombreuses dont le célèbre hareng fumé aux pommes de terre à l’huile et le Waterzoi de poisson, une spécialité d’origine belge, pour ne citer qu’elles.

Pour les plus carnivores, les terres agricoles garantissent l’approvisionnement en viandes locales. Mais la coutume veut qu’on goûte la saucisse de Bergues sur la côte d’Opale. Cette tradition est tellement ancrée dans la culture locale qu’à carnaval, la municipalité lance aux participants du fromage et de la saucisse de Bergues depuis le balcon de la mairie. Il serait donc dommage de passer à côté.

Terre agricole

Les Caps et Marais d’Opale sont réputés pour être une terre agricole française riche où élevage intensif à l’Est et extensif dans la région bocagère se juxtaposent.

Le marais Audomarois, classé zone humide d’importance internationale suite à la convention de RAMSAR, est par ailleurs le premier marais maraîcher de France. On y produit notamment choux-fleurs, endives, carottes, salades… Autant de cultures qui certifient une richesse des sols et une verdure environnante constante.



Les folkloriques Patoisades

Tous les automnes ont lieu les Patoisades, des soirées repas-spectacles patoisants. Les propriétaires des estaminets-randonnée, des auberges locales, organisent ces soirées folkloriques alliant gastronomie du terroir et traditions locales. L’occasion de découvrir la région mais aussi ses bonnes adresses culinaires.

Ça vaut le détour

Parmi les nombreuses activités et expériences que proposent les Caps et Marais d’Opale, vous pouvez opter pour un logement atypique.

Séjourner dans un blockhaus allemand avec vue sur mer est possible. Aménagé avec confort, vous vivrez une expérience insolite les pieds presque dans l’eau.

Une cabane nichée dans les arbres, ça vous tente ? Perché à 8 mètres de hauteur, ressourcez-vous en pleine forêt.

Pour changer des classiques hôtels et locations, pensez à passer la nuit dans un pigeonnier. Ne serait-ce que pour son architecture et sa forme circulaire, le pigeonnier réaménagé situé dans une ferme au cœur du parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale vaut bien le détour.