Loisirs nautiques : les pratiquants prennent toujours plus de risques, selon la Préfecture maritime

Rédigé le 19/10/2020
0 commentaire(s)

Trois semaines après la fin de saison pour les activités nautiques, la Préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord présente son bilan. Il n’est pas bon, en terme de sécurité.

Durant cette saison estivale, post confinement, le nombre d’opérations de secours, coordonnées par le Cross Gris-Nez (Centre régional de surveillance et de sauvetage) a augmenté de plus de 17%, pour s’établir à 221 opérations. Une augmentation nettement plus forte sur notre littoral qu’en Normandie.  

Ces opérations ont impliqué près de 520 personnes. Un chiffre qui explose, avec une augmentation de 123%, alors que le nombre de victimes décédées se stabilise à 2. 

Surtout la plaisance à moteur

C’est la plaisance à moteur qui génère le plus de sorties des secours, devant la plaisance à voile, en lien direct avec un manque de préparation des navigations (météo, matériel de bord, et méconnaissance réelle de la zone). Mêmes causes, mêmes effets pour les pratiquants de kite-surf et de planche à voile.  La préfecture maritime rappelle d’ailleurs l’importance du port d’un gilet de sauvetage de couleur vive, des moyens de communication et du marquage des voiles et matériel.

Ce manque de communication aboutit à de très nombreuses fausses alertes, où l’incertitude oblige à engager de lourds moyens humains et matériels : une quarantaine de fausses alertes en 2020, au Cross Gris-Nez. 

De très nombreux encerclement par la marée

Enfin, en dépit de nombreuses campagnes de communication concernant les dangers des marées, les opérations de sauvetage liées à des imprudences (encerclement par la marée) sont toujours nombreuses, et en hausse de 16,6% sur la Côte d’Opale. La journée du samedi est la pire de la semaine, pour les sauveteurs. 

La saison des loisirs nautiques s’étend traditionnellement du 1er juin au 30 septembre estivale.