31 migrants tués dans le naufrage d’une embarcation

Rédigé le 24/11/2021
0 commentaire(s)

Deux personnes ont pu être secourues, et les recherches d’éventuels autres rescapés se poursuivent. Les migrants auraient tenté de gagner la Grande-Bretagne. « La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière », a affirmé Emmanuel Macron.

Le bilan s’alourdit, encore. Le naufrage au large de Calais d’une embarcation transportant des migrants qui tentaient de gagner la Grande-Bretagne a fait 31 morts, selon un nouveau bilan annoncé par le chef de l’Etat, ce mercredi 24 novembre.

« La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière », a affirmé Emmanuel Macron – qui a promis de « trouver les responsables » – en demandant le « renforcement immédiat des moyens de l’agence Frontex aux frontières extérieures de l’UE », selon l’Elysée.

Le chef d’Etat réclame également « une réunion d’urgence des ministres européens concernés par le défi migratoire » et assure que « tout sera mis en œuvre pour retrouver et condamner les responsables » de ce drame.

  •  

Le bilan s’alourdit, encore. Le naufrage au large de Calais d’une embarcation transportant des migrants qui tentaient de gagner la Grande-Bretagne a fait 31 morts, selon un nouveau bilan annoncé par le chef de l’Etat, ce mercredi 24 novembre.

« La France ne laissera pas la Manche devenir un cimetière », a affirmé Emmanuel Macron – qui a promis de « trouver les responsables » – en demandant le « renforcement immédiat des moyens de l’agence Frontex aux frontières extérieures de l’UE », selon l’Elysée.

La suite après la publicité
 

Le chef d’Etat réclame également « une réunion d’urgence des ministres européens concernés par le défi migratoire » et assure que « tout sera mis en œuvre pour retrouver et condamner les responsables » de ce drame.

Quelques minutes plus tôt, le Premier ministre Jean Castex a annoncé qu’il tiendrait jeudi une réunion interministérielle sur « les traversées de migrants dans la Manche à la suite du naufrage dramatique » survenu mercredi.

Au moins cinq femmes et une fillette décédées

Selon le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin arrivé à Calais dans la soirée, 33 personnes se trouvaient dans l’embarcation qui a chaviré. Parmi les 31 personnes décédées, on compte au moins cinq femmes et une fillette, a-t-il précisé. Deux rescapés ont été pris en charge par les secours, et leurs jours « sont en danger », selon Gérald Darmanin.

« Les recherches vont continuer dans les heures qui viennent et demain pour voir s’il n’y avait pas d’autres personnes dans cette embarcation de fortune », a-t-il ajouté.

« Vers 14 heures, un pêcheur a signalé la découverte d’une quinzaine de corps flottant au large de Calais. Un bâtiment de la marine nationale a repêché plusieurs corps, dont cinq personnes décédées et cinq inconscientes, selon un bilan provisoire », avait indiqué plus tôt dans la journée une source au ministère de l’Intérieur.

« Forte émotion devant le drame des nombreux morts dû au chavirage d’un bateau de migrants dans la Manche. On ne dira jamais assez le caractère criminel des passeurs qui organisent ces traversées », a tweté Gérald Darmanin. Il a appelé à une « réponse internationale très dure », précisant que 4 personnes soupçonnées d’être des passeurs avaient été arrêtées.

Une enquête ouverte

Le parquet de Dunkerque a annoncé à l’AFP l’ouverture d’une enquête pour « aide à l’entrée au séjour irrégulier en bande organisée » et « homicide involontaire aggravé ».

Selon la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, trois hélicoptères et trois bateaux participent aux recherches. « Les opérations de sauvetage se poursuivent », a tweeté la ministre de la Mer Annick Girardin, poursuivant : « Chaque disparition en mer est une tragédie et les passeurs ont du sang sur les mains. Ce trafic d’êtres humains doit cesser. »

Cinq femmes et une fillette se trouveraient parmi les victimes, rapporte « Libération ».

Vendredi dernier, la préfecture maritime avait comptabilisé 31 500 tentatives de départ vers la Grande-Bretagne et 7 800 migrants sauvés, depuis le début de l’année. Ces tentatives de traversée ont causé un total de « sept décès ou disparus » depuis le 1er janvier, avait-elle ajouté.

Réunion de crise au Royaume-Uni

Outre-Manche, le Premier ministre britannique Boris Johnson a convoqué lui aussi une réunion interministérielle de crise, ce mercredi. Il s’est par ailleurs dit « choqué, révolté et profondément attristé » par la mort de ces migrants en mer.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a quant à lui estimé que « personne ne devrait risquer sa vie de cette façon ». « Ceux qui cherchent un sanctuaire ont besoin de routes sûres – le gouvernement [britannique] doit travailler avec les autorités françaises pour les fournir. »