Sangatte : 213 chalets de Blériot-Plage seront détruits à partir de février 2021

Rédigé le 12/12/2020
0 commentaire(s)

Cette décision prise par la mairie doit clore un longue bataille entre l'Etat et les propriétaires de chalets. La loi Littoral impose en effet que les installations sur les plages soient légères et démontables pour ne pas être présentes plus de 6 mois par an. 

C'est à priori la fin d'un long bras de fer. 213 chalets, installés à Blériot-Plage, dans la commune de Sangatte (Pas-de-Calais), seront détruits à partir de février 2021. Cette décision a été prise le jeudi 10 décembre par la mairie.

Les châlets visés ne sont plus aux normes imposées par la loi Littoral et certains sont dégradés. Or, les règles prévues par un décret publié en 2006 sont strictes.

Les installations sur les plages doivent être légères et démontables pour ne pas être présentes plus de 6 mois par an. Aussi, leur taille ne doit pas excéder 2,5m  et elles ne peuvent occuper plus de 20% du linéaire d'une plage.  

A Blériot-Plage, où les chalets datent parfois des années 1950, peu d'installations sont aux normes. Après le mois de février 2021, seuls 20 chalets aux  seront conservés. 

« Dans un contexte de changement climatique et face aux risques de submersion marine, il est dans l'intérêt de tous (exploitants, usagers, collectivités…) de favoriser les aménagements démontables et de veiller au démontage des installations à la fin de la saison », justifie le ministère de la Mer sur son site internet


La fin du long conflit

Entre les propriétaires et l'Etat, c'est un conflit qui dure depuis plusieurs années. « Les propriétaires ont reçu un courrier en 2016 leur demandant d'appliquer la loi et donc d'avoir des chalets aux normes, démontables et transférables, au 31 décembre 2018. Puis, en accord avec l'Etat, il y a eu une période moratoire jusqu'à aujourd'hui pour qu'ils appliquent la mesure », indique Pascal Dubus, l’adjoint au maire en charge du littoral à la ville de Sangatte. La mairie a obtenu une subvention de 240 000 euros de l'Etat pour évacuer ces chalets, selon la Voix du Nord

Une page doit donc se clore à Blériot. Pour leurs défenseurs, ces chalets sont l'emblème de la plage et une partie importante du patrimoine de Sangatte. Leur démolition est une décision impensable pour Loïc Lasalle, le président de l'association des chalets castors de Blériot-Plage.

« Aujourd'hui, nous dire qu'il faut enlever nos chalets parce qu'ils sont délabrés pour en remettre des neufs, on ne trouve pas ça logique. D'autant plus qu'ils sont parfois là depuis 70 ans », regrette-t-il en promettant que les propriétaires continueront à se battre. 

« Un lieu de vie »

Comme lui, ils sont nombreux à avoir hérité de ces chalets construits dans les années 1950. Loïc Lasalle tient le sien de ses grands-parents et l'a aménagé en une véritable petite maison.  

« J’y passe plusieurs mois par an. J’habite à côté, à 50 mètres d’ici, et à partir de mai, j’y suis quotidiennement pendant presque 3-4 mois. Et le reste du temps, j’y passe plusieurs jours par semaine… C’est un vrai lieu de vie, où j’aime être, on est à proximité de la mer, et on aime inviter des gens à passer du temps ici à la plage », confiait-il en octobre dernier.