Quand la mer monte, une promesse amicale devenue un hymne régional

Rédigé le 09/04/2021
0 commentaire(s)



Dans les années 1960, Jean-Claude Darnal, Douaisien de naissance, s’est installé à Paris où il écrit pour les plus grands de la variété française. L’été, il remonte dans le Nord et séjourne en famille à Wissant (Pas-de-Calais). À la même époque, Francis Albert Victor Delbarre alias Raoul de Godewarsvelde, installe, lui, ses quartiers d’été à deux pas, au Cap Gris-Nez.


C’est donc la Côte d’Opale qui sera témoin, un jour d’été 1967, de la rencontre entre ces deux hommes. Eux qui partagent « l’amour de la mer et une même vision de la vie » deviennent vite potes. Et c’est tout naturellement, « avec sa grosse voix et son accent du Nord, que Raoul lance à Jean-Claude "J’veux que tu m’écrives une chanson !"  ».

« C’était incroyable, ça a pris tout de suite ! »

Promesse est faite. Ce n’est qu’à la fin de l’été 1968 que Jean-Claude Darnal attrape sa guitare pour tenir parole. « Je m’en souviens encore. Ce matin-là, je me suis réveillée seule. En bas, Jean-Claude jouait. Je suis descendue et il m’a demandé mon avis. Ma toute première réaction a été de lui dire que faire rimer monte et honte, c’était vraiment nul ! », se remémore amusée Uta.



Sans modifier les paroles, le couple se présente le soir même dans la maison du gardien du phare, là où loge Raoul : « Il y avait un monde fou, comme toujours ! » Son mari a alors un trac énorme. « Quand il a commencé à jouer, c’était incroyable. Ça a pris tout de suite ! » « On était tous dithyrambiques, confirme Frédérique Delbarre, fille du chanteur. Il y avait dans les paroles tout ce que mon père avait fait découvrir à Jean-Claude dans les alentours. »

La pêche – « surtout le maquereau » – le bistro chez Léonce, les paysages de la côte, et la mer, surtout la mer. « Quand Jean-Claude eut terminé, il y a eu une ovation. Puis tout le monde s’est précipité en face, au bistro de Léonce, pour la lui faire écouter, finit de se rappeler l’épouse du parolier. Ce jour-là, on était à mille lieues de penser que cette chanson paillarde aurait un succès national ! »