Rappel des différents niveaux d'alerte météo

Rédigé le 21/10/2021
0 commentaire(s)

Une tendance à sous-estimer les alertes?

Les Français auraient-ils tendance à sous-estimer la vigilance jaune? En 2018 lors des inondations dans l’Aude, cette observation avait été faite et rapportée par le gouvernement... mais pour le niveau au-dessus, la vigilance orange.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur avait en effet jugé que la portée de la vigilance orange avait pu ne pas avoir été bien comprise par les habitants.  “Il y a une fragilité au niveau de la vigilance orange -on l’a vu avec la neige qui est tombée sur l’Île-de-France il y a quelques mois-, qui est très souvent utilisée et quand il y a un vrai problème, les gens n’en tiennent plus compte”, avait lancé Frédéric de Lanouvelle.

“Les alertes météo sont devenues comme un ronron, confirmait alors le prévisionniste Guillaume Séchet, interrogé par Le HuffPost. Il y a toujours une alerte météo, et toutes se noient dans des tas d’informations”.

Malheureusement, nous constatons aujourd’hui une banalisation de la vigilance orange, regrettait également de son côté Loïc Spadafora, prévisionniste d’Agate Météo contacté par 20 Minutes. De nombreux habitants se disent ‘encore une vigilance orange, on est habitué, c’est bon, on peut’. Ils minimisent malheureusement le risque, tant que l’alerte rouge n’est pas activée”. Si la tendance est à sous-estimer l’alerte orange, la jaune devrait l’être encore plus.

Questionné à ce sujet, Météo France rappelle que “la vigilance jaune est le premier stade de la vigilance qu’il ne faut jamais négliger. Des phénomènes peuvent être localement dangereux et il faut être attentif si l’on pratique des activités sensibles”.

Vers un affinage du système d’alerte

Le système de vigilance, qui va fêter ses 20 ans, a été déjà largement amélioré depuis sa naissance en 2001. Avant les tempêtes de 1999, seuls quelques phénomènes étaient couverts, mais aujourd’hui ils sont au nombre de neuf.

Le site de prévision météo explique au HuffPost que le dispositif de vigilance est “en évolution constante” afin d’être encore plus précis dans les années à venir -et donc d’avoir plus d’impact auprès de la population. Il est ainsi question d’une mise en place progressive d’une “vigilance infradépartementale pour certains phénomènes” en 2022. C’est-à-dire une découpe des départements en zones plus réduites, afin d’affiner le ciblage des endroits à passer sous alerte. Météo France compte également sur ses deux nouveaux supercalculateurs couplés à l’amélioration des modèles numériques et aux progrès de la recherche, pour mieux anticiper les phénomènes météo. Le but: mieux anticiper et mieux prévenir pour sauver des vies.

Quoi qu’il en soit, quelle que soit la couleur, si votre département passe en vigilance, c’est qu’il faut être prudent.