Sangatte: le verdict de l’enquête sur les chalets de Blériot est tombé

Rédigé le 29/10/2022
0 commentaire(s) -> N'hésitez pas à commenter cette actualité.

Yves Alienne, commissaire enquêteur, a rendu son rapport sur l’enquête publique qui a eu lieu pendant plusieurs semaines en août et septembre pour le projet de concession de plage à Blériot-Plage.

Il s’agit de l’une des dernières étapes de la destruction des chalets de Blériot-Plage. Pendant quelques semaines, à la rentrée, une enquête publique avait été lancée par l’État. Les propriétaires des chalets avaient rencontré Yves Alienne, commissaire-enquêteur, pour faire part de leurs interrogations et de leurs remarques concernant le nouveau projet de concession de plage. Après plus d’un mois de réflexion, Yves Alienne a rendu son rapport :l’avis est favorable mais compte tout de même trois réserves.

1. L’environnement questionne

C’est Pascal Dubus, adjoint au tourisme à la mairie de Sangatte, qui lit le rapport de l’enquêteur reçu en début de semaine. La première réserve porte sur le côté environnemental : « Il est demandé plus de détails sur la renaturation du domaine dunaire et sur le tracé des chemins piétonniers. Il faut également déterminer les surfaces replantées puisque c’est une zone à protéger. Il est prévu de planter des oyats pour que la dune s’étoffe ».

2. Pas assez de sanitaires  ?

Yves Alienne a jugé qu’il n’y avait pas assez de sanitaires prévus dans le lot 9. Deux sont prévus sur la plage de Blériot. « Le but est que ces deux fonctionnent 365 jours par an de 9 à 19 heures. Je pense qu’avec deux sanitaires, on est dans la moyenne. Sur nos deux sanitaires automatiques en place, nous n’avons jamais vu de queue. Et sur la plage de Calais, il n’y en a que deux aussi. »

3. Détailler sur les réseaux publics

Pascal Dubus avoue que le dernier point «  manque de détails ». Il s’agit d’une réserve sur les réseaux publics (eau, électricité, assainissement). « L’enquêteur estime qu’il manque des éléments. Ce sont effectivement des choses que l’on a prévues mais pas écrites. Cela concerne notamment la station de relevage. »

Objectif été 2023

L’adjoint au tourisme estime lui qu’il ne s’agit pas de « réserves bloquantes » et que « les choses seront faites rapidement. » Pour la suite, le préfet devra donner le feu vert. Un appel d’offre de l’entreprise qui installera les chalets sera lancé (voir-ci contre) courant novembre. « On espère que tout sera prêt pour la saison estivale 2023 », indique Pascal Dubus.



Que signifie « avis favorable » ?

Yves Alienne a donc rendu un avis favorable pour la réalisation du projet de concession de plage porté par la mairie. « Il s’agit en fait d’un avis documenté qui indique que nous répondons aux obligations de la loi littoral », explique Pascal Dubus. Dans cet avis, il est noté que le projet « développe l’activité du territoire de Blériot-Plage », « évite l’érosion marine », « permet d’avoir une dune plus haute et plus large », « correspond aux attentes intergénérationnelles » et « est adapté à une commune comme la nôtre », rapporte Pascal Dubus. Yves Alienne a aussi noté que la zone de chalets va être réduite. « On va passer de 2000m2 à 379m2, notamment parce que les chalets seront moins volumineux. Certains faisaient presque 50m2 de surface… » Les 232 nouveaux chalets qui seront installés (location ou acquisition) feront 2,50 m x 2,50 m, soit 6,25 m².


L’aspect démontage des chalets pas évoqué

Dans les 26 observations données au commissaire enquêteur, une partie évoquait le démontage des chalets et son impact sur l’environnement. « Comment la mairie compte respecter l’environnement et le protéger, en faisant venir des engins motorisés pour amener des cabines de plage sur le sable, et les enlever tous les six mois  ? », demande l’une de ces remarques. Pascal Dubus répond : « Le commissaire enquêteur ne l’a pas mis dans ses réserves. Ce que je peux dire, c’est que le démontage et le montage seront réalisés dans des périodes bien définies. L’entreprise choisie pour ces travaux aura des obligations légales. Il y a évidemment des critères à respecter : pas de fuite de mazout de ces véhicules qui doivent être en bon état et pour respecter l’environnement. Bien entendu, il n’y aura pas 25 véhicules sur la plage en même temps  ! »